Qu'est-ce qu'un hydrocarbure ??

La famille des hydrocarbures regroupe entre autres les combustibles liquides et gazeux tels que les essences, le gasoil, les fiouls, le gaz naturel, le bio-gaz, le butane, le propane, etc… Le méthane (de forme chimique CH4) est le plus simple des hydrocarbures : il est le constituant principal du gaz naturel (à 90%). Sa molécule est composée d’un atome de carbone et de quatre atomes d’hydrogène, sa charge électrique totale est nulle. Lors de la combustion, d’un point de vue énergétique, la plus grande partie de l’énergie libérable provient de l’oxydation de l’hydrogène.

 

 

Résonnance magnétique et hydrocarbures

 

Le phénomène de résonnance magnétique appliqué à un hydrocarbure a pour effet de modifier l’orientation orbitale de l’électron relativement à la rotation du noyau. Une fois affecté par ce champ électromagnétique, l’électron va alors changer de sens de rotation : il subit une polarisation (phénomène diélectrique à l’échelle macromoléculaire), le faisant passer d’un état stable (dit Para-Hydrogène) à un état instable (dit Ortho-Hydrogène) plus volatile, et donc plus efficace énergitiquement !

 

 

Pourquoi brûlent-ils mieux ?

 

Dans leur ensemble, les hydrocarbures sont structurés en « cage » : par défaut, à l’état stable, ils ont tendance à se lier entre eux pour former de grands groupes ou associations de faisceaux (clusters). La combustion des atomes de carbone situés aux centres des molécules se trouve régulièrement « gênée » par les atomes d’hydrogène les entourant. De plus, l’accès privilégié de l’oxygène à l’intérieur de ces groupes de molécules est souvent rendu difficile, de part la structure en amas.

 

 

Une combustion plus ABOUTIE

 

L’objectif recherché par l’action de nos solutions est d’augmenter la réactivité du mélange avec l’oxygène, lors de la réaction chimique :

HYDROCARBURE + OXYGENE = ENERGIE + EAU + CO2

D’un point de vue de cinétique chimique, le processus de combustion est qualifié d’incomplet : l’oxygène contenu dans l’air, de valence [-2] (qui correspond à un manque d’électrons) est dit électronégatif, alors que les combustibles présentent des structures moléculaires à priori neutres. De part ses caractéristiques, le ou les atomes de carbone présents dans les chaines d’hydrocarbures peuvent présenter localement aussi bien une valence positive que négative (surplus ou insuffisance d’électrons dans la couche la plus externe de l’atome de Carbone considéré). C’est ce type de mécanisme qui justifie que les molécules ayant des potentiels électrostatiques de même parité se repousseront. Cette configuration au niveau des potentiels électrostatiques des molécules d’hydrocarbures induira une réaction combustible/comburant moins aboutie et de fait moins énergétique !

Nos produits vont se focaliser sur la polarisation des molécules d‘hydrocarbure, afin de les « conditionner » à se lier plus facilement à l’oxygène de l’air. Ainsi, une quantité supérieure d'hydrocarbure va pouvoir réagir lors de la combustion, augmentant la puissance calorifique libérée (à volume identique) et réduisant la quantité de particules imbrûlées dans l’atmosphère.

 

 

Dans le cadre de notre programme de développement , nous avons pris le problème de façon à développer une solution non invasive, permettant à chaque instant d’éviter le contact avec les hydrocarbures, tout en modifiant de manière maîtrisée la trajectoire du fluide.

 

En raison de la nature du mélange d’hydrocarbures, l’intensité locale du champ excitateur va permettre de polariser les molécules et de les orienter dans un sens donné afin de modifier les trajectoires qu’elles auraient eues si aucune modification extérieure n’avait été sollicitée.

En résumé, par une méthode maitrisée d’induction électromagnétique, nous parvenons à reproduire différents types d’anomalies topologiques au sein de la canalisation et mimer de ce fait, un malaxage du mélange d’hydrocarbure. Le mélange pourra approcher de manière plus efficace les régions à grand gradient de champs cela assure ainsi une meilleure polarisation des molécules d’hydrocarbures sur la portion de canalisation considérée.

 

Il est important de souligner que le champ excitateur requis pour atteindre le coeur de la canalisation doit être extrêmement important pour pouvoir traverser les éventuelles parois ferromagnétiques des conduites.

 

Seul un mouvement de malaxage va permettre , sur une distance donnée, de porter les molécules se trouvant au centre de la canalisation (celles du front de propagation qui se déplacent avec une avance) vers des zones plus propices, où le signal électromagnétique pourra induire une meilleure polarisation, permettre une optimisation de la combustion et générer une économie de gaz.

  • facebook
  • w-googleplus

Réalisation ML Communication

 

ML Distribution

6, avenue Gutenberg

31120 Portet-sur-Garonne

Téléphone

Fixe: 09 51 97 86 03

mobile: 06 65 18 86 39